Focus ASBL

A la découverte de Radio Panik, un média bruxellois de proximité, libre et associatif

Aujourd’hui, 13 février 2020, c’est la Journée Mondiale de la Radio. Nous profitons de l’occasion pour mettre en avant, dans le cadre de notre rubrique « Focus ASBL », l’antenne de Radio Panik, un canal radiophonique bruxellois.

L’objectif de notre rubrique est de présenter à nos lecteurs le large éventail d’initiatives associatives qui existe en région bruxelloise et de donner aux ASBL la visibilité qu’elles méritent, au vu de la plus-value que leur travail apporte à la société civile. Radio Panik est une radio associative, de proximité et libre-expressive où le quidam peut faire de la radio sans prérequis. Découverte d’une média créée en 1983 à l’initiative d’un groupe de personnes militant contre le racisme et pour les droits de l’homme.

Une radio associative pluri-militante

C’est au 5ième étage d’un immeuble de la rue Saint-Josse 49 que l’on retrouve le siège de Radio Panik. Deux studios et différents bureaux à destination de la permanence. Une atmosphère conviviale et informelle s’en dégage, portée entre autres par des allées et venues constantes. On s’y sent un peu comme à la maison avec certaines caractéristiques d’une structure associative et engagée. Un look mural artistique qui reflète la diversité des genres musicaux, un tableau noir dans le hall des studios qui permet à n’importe qui de pouvoir y laisser sa trace. En bref, un espace ouvert ouvert à la créativité. Radio Panik, c’est une radio constituée sous forme d’ASBL et reconnue en éducation permanente.

Pierre, coordinateur d’antenne nous en rappelle les grandes lignes : « C’est un média sans objectifs commerciaux, totalement libre et dont les émissions sont réalisées par des bénévoles. Non par souci de rentabilité, mais par pur plaisir. Elle diffuse une grande diversité de styles musicaux, des styles artistiques qu’on n’entend pas ailleurs. Cependant, ce n’est pas parce que c’est une radio ‘libre’ que c’est un ‘micro ouvert’ pour autant. Nous avons une charte que tout animateur se doit de respecter. Celle-ci contient des évidences notamment liées au rejet de la xénophobie, du dogmatisme, etc… »

Pour Arthur, coordinateur Education Permanente, « la radio est ouverte à qui le veut. Toute personne peut devenir ‘militante’ et exprimer ses points de vue sur des thématiques d’importance comme les droits des personnes, la question de la migration et des « sans papiers ». Radio Panik donne la possibilité aux animateurs de prendre le temps de développer leur esprit critique sans avoir à se soucier d’un temps trop court ou disproportionné« .

Une radio portée par des bénévoles

La place du volontaire est primordiale chez Radio Panik. En effet, avec une grille de programmation affichant plus d’une centaine d’émissions et plus de 250 bénévoles, son rôle est central. Selon Pierre, « cette communauté fait vivre la radio et peut être considérée comme un modèle organisationnel à part entière« . En complément de la réalisation d’émissions, les bénévoles de Radio Panik contribuent activement à créer des dynamiques en interne. Des comités se mettent en place, comme le comité rédactionnel et des fêtes; divers ateliers sont aussi proposés (comme celui de la création sonore). Radio Panik s’auto-organise naturellement étant donné les nombreux apports des uns et des autres.

Une radio accessible à tout le monde

Pierre précise que « tout a été construit pour que tout le monde puisse faire de la radio, on peut partir de rien. Il y a beaucoup de transmission horizontale.Tout le monde a quelque chose à dire« . De plus, Radio Panik offre aux animateurs débutants la possibilité de se former à tout moment. Il existe de nombreuses opportunités pour prendre part à des écolages techniques organisés par la permanence et des bénévoles. De fait, la participation à la vie médiatique locale est un pas de plus vers une démocratisation de l’expression. Elle permet non seulement à des minorités socioculturelles de prendre la parole, mais surtout de pouvoir se partager un large espace public média représentatif de l’hétérogénéité de notre pays.

En conclusion, une radio libre, c’est quoi?

L’apport de Radio Panik dans la scène libre-associative-radiophonique bruxelloise est une plus-value dans la participation à l’élaboration d’une société plus “écoutée” et surtout plus réactive face aux nombreux remous auxquels le citoyen doit répondre. Il s’agit aussi de sortir du schéma traditionnel que le rôle d’une radio doive se limiter à divertir ses auditeurs.

En ce sens, l’éducation permanente, en tant que vecteur porté dans certaines émissions, contribue à nourrir la capacité critique de tout un chacun et à disposer du temps nécessaire pour construire un débat en profondeur. L’affranchissement des impératifs liés au diktat commercial permet dès lors d’assurer la continuité des valeurs et des convictions portées par le secteur associatif dans une logique d’ouverture et de pluralisme.

Radio Panik sur Internet

Quelques autres radios libres

Des ASBL résidentes chez Radio panik

 

À propos de Comsa

COMSA ASBL est un service à l’écoute des associations et des entreprises à finalité sociale afin de les aider à construire leur cheminement vers une communication efficace.

En savoir plus
Politique de confidentialité
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound
ENTRER EN CONTACT